BILLET. Le marathon des négociations s’est terminé lundi a Vienne. L’Iran et le groupe des 5 + 1 ne sont donc pas parvenus à conclure un accord définitif sur le dossier du nucléaire iranien, la date butoir était fixée au 24 novembre. Il s’agit là d’un nouveau revers pour les négociateurs, alors que les tractations trainent depuis près de 10 ans. Washington et Téhéran ont néanmoins fixé un nouveau rendez-vous, et les négociations se prolongeront jusqu’au 30 juin 2015. Et après ? Plongée dans le monde qui vient.       

 TEL AVIV

Bourdonnements, rumeurs puis fait avéré.

Passe d’armes diplomatiques, bras de fer… déflagration.

L’Iran a gagné la course contre la bombe.

Une partie considérable des réserves pétrolières mondiales sont désormais sanctuarisées : l’Irak et l’Iran chiites sont respectivement au deuxième et troisième rang en termes de réserves d’hydrocarbures mondiales. Avec un Iran nucléarisé, les deux voisins échappent désormais aux griffes des pays occidentaux.

L’équilibre mondial post-URSS a du plutonium dans l’aile.

Un nouvel axe de dessine : Pékin-Moscou-Téhéran contestent désormais l’absolutisme américain sur la scène internationale.
2 blocs se font désormais face, et la liaison Washington –Bruxelles – Ryad doit désormais composer avec un rival, sur de sa force.
Au Moyen-Orient, l’Iran et Israël se regardent en chien de faïence : les deux disposent maintenant de la bombe atomique… un calme chaud, une guerre froide oppose les deux puissances nucléaires de la région.

Le dossier israélo-palestinien revient sur la table, pour la énième fois. Nouvelle locomotive du monde musulman, Téhéran pousse pour l’acceptation par Israël de l’initiative arabe de 2002.

Quid de la volonté des pays arabes de se doter à leur tour de l’arme atomique ?

Depuis plusieurs années, les dirigeants israéliens mettent en garde : un Iran nucléaire entrainerait une course à l’armement atomique dans la région.

A la différence d’Israël, l’Arabie saoudite la Turquie l’Egypte et la Syrie ont signé le TNP, le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.

En 1968, l’Iran s’engageait aussi a respecter les termes du traite…

Maintenant que la République islamique dispose de la Bombe A, un tel bout de papier est-il toujours dans l’air du temps ?

Rien n’est moins sûr.

Steve Jourdin

 

Leave a Reply