Jean-Louis Guigou : « Il ne faut pas commencer par le haut mais par les projets »

    INTERVIEW. Jean-Louis Guigou, est délégué général de l’IPEMED (Institut de Prospective Economique du Monde Méditerranéen) .

     


    DIALOGUES DES CONTINENTS : En quoi l’Union pour la Méditerranée d’aujourd’hui est-elle différente de celle de 2008 ?
    JEAN-LOUIS GUIGOU : L’Union pour la Méditerranée était trop institutionnelle, si l’on regarde la réunion des chefs d’Etat d’alors, la photo a bien jauni, ils sont tous partis, et il y a beaucoup de dictateurs déchus. Elle était un peu une usine à gaz. La leçon, c’est qu’il ne faut pas commencer par le haut mais par les projets, la base et avoir une démarche « bottom up » (de bas en haut), c’est la Méditerranée des projets sur l’eau, du président Hollande, sur l’énergie, sur la santé. Cela marche bien, car les gens sont ensemble, préparent, travaillent, il faut que l’on construise une communauté.
    L’Union pour la Méditerranée peut-elle fonctionner avec les difficultés actuelles au Proche-Orient et la guerre en Syrie ?
    On s’en sortira par la Méditerranée occidentale, la Mauritanie, l’Algérie, la Tunisie, le Maroc. Le Moyen-Orient c’est plus compliqué. La Méditerranée occidentale est une porte d’entrée à la Méditerranée orientale, c’est une locomotive
    Autour de quels projets concrets ?
    Ils sont nombreux, irrigation, formation, enseignement, sur les femmes. Mais le monde arabe n’intéresse pas les Occidentaux.

    Propos recueillis par Rémy Darras

    Leave a Reply