Francophonie : le numérique pour accéder au savoir

Rendez-vous. Première réunion vendredi à Paris des ministres francophones de l’Enseignement supérieur autour du développement de nouveaux outils numériques universitaires.

 

S’échappant quelques instants des vifs débats que suscite sa loi sur le collège, Najat Vallaud-Belkacem recevait vendredi à Paris avec sa collègue de la Francophonie une trentaine de ministres de l’enseignement supérieur de l’espace francophone pour évoquer les enjeux liés au numérique à l’université.

Fracture numérique, accès aux nouveaux outils, nouveaux cours par correspondance, validation de diplômes, formation tout au long de la vie auront émaillé les table-rondes de la journée.

La secrétaire d’Etat à la Francophonie Annick Girardin, aux côtés de Najat Vallaut-Belkacem qui détient désormais aussi la casquette de l’Enseignement supérieur, rappelant que si « 26% des jeunes faisaient des études supérieures, dans les pays développés, ils étaient 2% dans un pays comme le Niger. Le numérique peut être une réponse pour accéder à l’université et permettre d’être un ascenseur social ».

Un journaliste camerounais rappelant au micro que l’accès à internet en Afrique est actuellement dur et cher à avoir. Le recteur de l’Agence Universitaire de la Francophonie Bernard Cerquiglini lui répondant que l’on voyait les capacités de connexion doubler en Afrique.
Si ces efforts portent leurs fruits, 750 millions d’individus devraient ainsi parler français d’ici 2050 dont 90% en Afrique.

DIALOGUES DES CONTINENTS

Leave a Reply